Présentation

Créée en 2009, l’unité de recherche (UR) sociAMM – Sociétés anciennes, médiévales et modernes – regroupe des chercheurs et enseignants spécialistes des sociétés d’Ancien Régime (jusqu’à la transition du XIXe s.). Antiquistes, médiévistes et modernistes, historiens, historiens de l’art ou de la littérature, ses membres appartiennent à la Faculté de Philosophie et Sciences sociales ou à celle de Lettres, Traduction et Communication de l’Université libre de Bruxelles. 

​L’UR sociAMM abrite en son sein deux structures interfacultaires de recherche, le Groupe d’Études sur le XVIIIe siècle et le GRHM - Groupe de recherches en Histoire Médiévale 

Les préoccupations et thématiques des chercheurs sont variées et touchent par exemple à l’économie et l’environnement, aux institutions politiques, aux cultures civiques ou au fait religieux, à la sociologie de la littérature, à l’histoire du fait urbain et des courants artistiques. Cette diversité est nourrie par une même culture de la recherche qui a déjà fait ses preuves et se traduit par : 

Une curiosité bienveillante pour les travaux des autres membres de l’UR, au-delà des césures disciplinaires ou de périodes. Les exposés réguliers devant l’UR permettent une fécondation mutuelle des réflexions. L’ouverture disciplinaire des chercheurs à la philologie et l’archéologie est une réalité tangible. 

Une exigence intellectuelle couplée à une grande rigueur empirique, mises aux service d’une recherche innovante. En témoigne un haut taux de succès dans l’obtention de financements, projets individuels et collectifs de recherches et une large ouverture internationale. 

​Des liens étroits avec les institutions scientifiques et culturelles de la société civile (bibliothèques, archives, musées). Nombre de ses enseignants, chercheurs et collaborateurs y jouent un rôle : consultants ou comités scientifiques, chercheurs attachés, conservateurs ou directeurs. Cette ouverture renforce le rayonnement du centre et son attention aux pratiques de conservation et de médiation les plus modernes. Elle raffermit l’accès des chercheurs aux matériaux de base de leurs travaux : œuvres d’art et objets archéologiques, archives, manuscrits et imprimés,… 

Photo

Jeton de comptabilité de Nuremberg, milieu du XVIIe siècle

L'UR sociAMM s’est choisie comme emblème une tortue munie d’une voile, accompagnée de la devise Festina Lente (« Hâte-toi lentement »). Cette tortue, empruntée à un jeton de la ville de Nuremberg de la seconde moitié du XVIIe siècle, symbolise la constance et ténacité des chercheurs de l’UR dans leurs travaux, leur attachement à une recherche productive mais construite dans la durée par un mûrissement patient de ses objets et méthodes, ainsi qu’une connaissance attentive de sa documentation, dans sa complexité.